Le Chien en islam | Coran, Hadith et l’avis des savants musulmans

Le Chien en islam | Coran, Hadith et l'avis des savants musulmans

Le statut du chien en islam et ce que dit l’islam et les sources islamiques sur le chien est la question de beaucoup de musulmans. Aujourd’hui le chien a un statut remarquable dans beaucoup de familles et beaucoup de musulmans se posent la question à ce sujet.

Que disent les versets du Coran, les hadiths de la sunna du Prophète Muhammad (s) au sujet du chien en islam. Aussi, du fait qu’il y a plusieurs branches juridiques dans l’islam, il est important de savoir que disent les savants musulmans de chaque branche sur le statut du chien en islam ?

Dans cet article de la boutique musulmane Razva et suite à mes cours de fiqh islamique sur le site de mon institut islamique en ligne, je vais analyser les versets du Coran, les hadiths et je vais vous donner l’avis des savants à propos de différents sujets liés au statut du chien en islam et je vais répondre à beaucoup de vos questions.

Sayed Ali Moosavi

Sayed Ali Mousavi
Auteur

Je suis le fondateur de la boutique musulmane et de l'institut islamique en ligne Razva. Vous pouvez suivre mes cours sur mon institut ou visionner mes vidéos sur Youtube.

Le chien dans le Coran

Le Coran parle dans trois versets du chien. Chacun de ces versets révèle un aspect du point de vue de l’islam au sujet du chien. Ci-dessous je vous explique ce que dit le Coran sur le chien et le statut de ce dernier d’après les versets coraniques.

Éducation des chiens dans le Coran

Le premier verset du Coran qui parle du chien se trouve dans la sourate al-Mâ’ida :

يَسْئَلُونَكَ مٰا ذٰا أُحِلَّ لَهُمْ قُلْ أُحِلَّ لَكُمُ اَلطَّيِّبٰاتُ وَ مٰا عَلَّمْتُمْ مِنَ اَلْجَوٰارِحِ مُكَلِّبِينَ تُعَلِّمُونَهُنَّ مِمّٰا عَلَّمَكُمُ اَللّٰهُ فَكُلُوا مِمّٰا أَمْسَكْنَ عَلَيْكُمْ وَ اُذْكُرُوا اِسْمَ اَللّٰهِ عَلَيْهِ وَ اِتَّقُوا اَللّٰهَ إِنَّ اَللّٰهَ سَرِيعُ اَلْحِسٰابِ

Ils te demandent ce qui leur est permis : Dis : « Les bonnes choses vous sont permises. Vous pourrez manger après avoir invoqué sur elles le Nom de Dieu, les proies saisies pour vous par les animaux que vous avez dressés comme des chiens de chasse, d’après ce que Dieu vous a enseigné ». Craignez Dieu ! Dieu est prompt dans ses comptes. (Sourate 5 Al-Mâ’ida Verset 4)

Ce verset prouve deux choses importantes sur le chien et montre le point de vue du Coran au sujet du chien dans ces deux domaines. Le passage « les animaux que vous avez dressé » prouve qu’il est déjà autorisé d’éduquer les animaux de chasse, tel que le chien de chasse.

Le terme Mukallibîn (مُكَلِّبِينَ) vient de la racine K L B (کلب) qui signifie le chien et dans ce verset ce terme fait référence aux animaux de chasse, dont le chien.

Ce verset prouve donc que l’éducation du chien dans le but de la chasse est autorisé et certains en déduisent que ce n’est pas seulement la chasse, mais l’éducation du chien dans n’importe quel but qui pourrait être profitable pour l’homme est autorisé d’après ce verset. D’après cette interprétation, la précision de  » la chasse  » n’est qu’un exemple dans le verset ci-dessus.

Manger ce que le Chien chasse

Aussi le même verset ci-dessus prouve que ce qu’un chien de chasse prend, est licite à consommer. Le passage « Vous pourrez manger … les proies saisies pour vous par les animaux que vous avez dressés  » explique sans aucune ambiguïté :

  • Il est autorisé d’avoir un chien de chasse
  • Il est autorisé de manger de ce qu’il a chassé après avoir dit le nom d’Allah

Certains en déduisent que le fait qu’Allah ne rajoute pas qu’il faut laver les proies saisies par le chien, prouve que le chien n’est pas impur, mais cette interprétation n’est pas acceptée par la majorité des érudits musulmans.

Le refus d’une majorité ne prouve pas qu’une idée est fausse, mais cette déduction reste comme une idée à analyser.

La garde des chiens dans le Coran

Un des versets du Coran qui mentionne le nom du chien, est le verset 18 de la sourate 18 qui raconte l’histoire des gens de la caverne. Les gens de la caverne étaient d’après les versets du Coran, des serviteurs fidèles à Allah et étaient sous la miséricorde de Dieu.

وَ تَحْسَبُهُمْ أَيْقٰاظاً وَ هُمْ رُقُودٌ وَ نُقَلِّبُهُمْ ذٰاتَ اَلْيَمِينِ وَ ذٰاتَ اَلشِّمٰالِ وَ كَلْبُهُمْ بٰاسِطٌ ذِرٰاعَيْهِ بِالْوَصِيدِ لَوِ اِطَّلَعْتَ عَلَيْهِمْ لَوَلَّيْتَ مِنْهُمْ فِرٰاراً وَ لَمُلِئْتَ مِنْهُمْ رُعْباً

Tu les aurais crus éveillés, alors qu’ils dormaient et que nous les retournions vers la droite et vers la gauche, tandis que leur chien se tenait sur le seuil les pattes de devant étendues. Si tu les avais aperçus, tu aurais sûrement pris la fuite, tu aurais été rempli de frayeur. (Sourate 18 Al-Kahf Verset 18)

En racontant leur histoire, cela semble étonnant que le Coran précise un petit détail entre parenthèse au sujet de leur chien. La question est simple : Qu’est-ce que rajoute la présence du chien au message que cette histoire veut nous apporter ?

Pourquoi Allah fait allusion à un tel petit détail dans cette histoire et que voulait-Il nous apprendre par cela ?

Ce qui est clair, c’est que leur chien était un chien de compagnie et un chien de garde. Nous pouvons en déduire au moins que d’après ce verset, les élus d’Allah avaient un chien de garde ou un chien de compagnie avec eux et il était avec eux même dans une telle situation.

Le terme « بِالْوَصِيدِ » signifie À l’entrée. Ce qui a conduit plusieurs exégètes du Coran à déduire qu’ils n’ont pas autorisé le chien à entrer dans la grotte. Ceci pourrait prouver même l’impureté du chien.

Mais une telle interprétation ne me semble pas être correcte, parce qu’il était un chien de garde et il a l’habitude de faire ce qu’il doit faire et c’est d’être un gardien. Nous ne pouvons donc pas déduire de ce passage que le chien est impur.

Institut : Formation en ligne de la langue arabe

Exemple du Chien sur l’halètement

Le troisième verset qui fait référence au chien dans le Coran, raconte l’histoire d’un homme savant et vertueux qui a choisi de suivre le Satan et ses désirs. Suite à cela, Allah dit à son propos :

وَ لَوْ شِئْنٰا لَرَفَعْنٰاهُ بِهٰا وَ لٰكِنَّهُ أَخْلَدَ إِلَى اَلْأَرْضِ وَ اِتَّبَعَ هَوٰاهُ فَمَثَلُهُ كَمَثَلِ اَلْكَلْبِ إِنْ تَحْمِلْ عَلَيْهِ يَلْهَثْ أَوْ تَتْرُكْهُ يَلْهَثْ ذٰلِكَ مَثَلُ اَلْقَوْمِ اَلَّذِينَ كَذَّبُوا بِآيٰاتِنٰا فَاقْصُصِ اَلْقَصَصَ لَعَلَّهُمْ يَتَفَكَّرُونَ

Et si Nous avions voulu, Nous l’aurions élevé par ces mêmes enseignements, mais il s’inclina vers la terre et suivit sa propre passion. Il est semblable à un chien qui halète si tu l’attaques, et qui halète aussi si tu le laisses. Tel est l’exemple des gens qui traitent de mensonges Nos signes. Eh bien, raconte le récit. Peut-être réfléchiront-ils ! (Sourate 7 Al-Aʻrâf Verset 176)

Le fait qu’Allah le compare avec un chien ne dénigre pas le chien et son statut. Lorsque le Coran donne un exemple, il faut vérifier le point commun entre les deux. La ressemblance provient d’un point commun en apparence ou dans les attributs.

Un chien qui tire sa langue, lorsqu’on l’attaque et lorsqu’on le laisse tranquille a un caractère : Il ne change pas cette habitude. L’homme qui a suivi le Satan ressemble à un chien dans ce caractère. Si Allah lui donne des bienfaits, ou Il arrête de lui donner des bienfaits, il ne change pas sa décision sur le fait de suivre le Satan.

C’est ça le point commun entre ces deux et le fait de donner l’exemple d’un chien pour un homme qui a désobéi à Allah ne dénigre pas du tout le statut du chien dans l’islam.

Thérapie de couple musulman

Thérapie

Réserver un rendez-vous en ligne

Consultation avec un Cheikh

Thérapie de couple musulman
Réserver thérapie de couple

couple

Le chien dans les hadiths chiites

Nous pouvons analyser les hadiths chiites, ainsi que ceux des sunnites à propos du chien de différentes manières et ces hadiths se trouvent dans de différentes catégories. Je commence par un hadith qui nous explique les vertus du chien dans l’islam.

Vertus du Chien dans le hadith de l’Imam Sâdiq (a)

Mufaddal rapporte de l’Imam as-Sâdiq (a) :

ثُمَّ جُعِلَ فِي الْكَلْبِ مِنْ بَيْنِ هَذِهِ السِّبَاعِ عَطْفٌ عَلَى مَالِكِهِ وَ مُحَامَاةٌ عَنْهُ وَ حَافِظٌ لَهُ يَنْتَقِلُ عَلَى الْحِيطَانِ وَ السُّطُوحِ فِي ظُلْمَةِ اللَّيْلِ لِحِرَاسَةِ مَنْزِلِ صَاحِبِهِ وَ ذَبِّ الذعار [الدَّغَّارِ] عَنْهُ وَ يَبْلُغُ مِنْ مَحَبَّتِهِ لِصَاحِبِهِ أَنْ يَبْذُلَ نَفْسَهُ لِلْمَوْتِ دُونَهُ وَ دُونَ مَاشِيَتِهِ وَ مَالِهِ وَ يَأْلَفُهُ غَايَةَ الْإِلْف حَتَّى يَصْبِرَ مَعَهُ عَلَى الْجُوعِ وَ الْجَفْوَةِ فَلِمَ طُبِعَ الْكَلْبُ عَلَى هَذِهِ الْأُلْفَةِ وَ الْمَحَبَّةِ إِلَّا لِيَكُونَ حَارِساً لِلْإِنْسَانِ 

Parmi les animaux sauvages, Allah a mis une douceur, un soutien et une protection dans le chien à l’égard de son propriétaire. Il se déplace tout le temps dans l’obscurité de la nuit afin de protéger la maison de son propriétaire et dans l’amour à son égard, il atteint un niveau qu’il est prêt à mourir pour son propriétaire et pour protéger ses biens. Il s’attache à son propriétaire à tel point qu’il résiste contre la faim et toute difficulté. Pourquoi un tel amour et attachement a été posé en le chien si ce n’est que pour être un protecteur de son propriétaire ?

(Tawhid al-Mufaddal, p 100)

Ce hadith prouve de manière claire que l’idée qui croit que les chiens ne sont pas les bienvenus dans l’islam n’est pas correcte du tout. En revanche, les enseignements islamiques mentionnent les vertus de cet animal. L’histoire de l’impureté du chien ne prouve aucunement une dévalorisation vis à vis du chien d’après l’islam.

Article proposé : Vivre en Concubinage en islam

Est-ce que le Chien est impur ?

Le Coran ne parle pas de l’impureté du chien, mais plusieurs hadiths considèrent le chien comme impur d’après l’islam. Ces hadiths sont différents, il y en a qui déclare l’impureté du chien de manière directe et d’autres de manière indirecte.

D’après un hadith, l’Imam Sâdiq (a) a dit :

عَنْ أَبِي عَبْدِ اللَّهِ ع قَالَ: إِذَا مَسَّ ثَوْبَكَ الْكَلْبُ فَإِنْ كَانَ يَابِساً فَانْضِحْهُ وَ إِنْ كَانَ رَطْباً فَاغْسِلْهُ.

Lorsque le chien touche ton vêtement, s’il est sec nettoie-le, mais s’il est mouillé lave-le !

(Al-Kafi, v 3 p 60)

Dans le fiqh islamique et d’après l’école des Ahlul Bayt (a) si une chose impure touche une chose pure :

  • Une de deux choses est mouillée : l’impureté se transfère, et l’objet pur devient impur
  • Les deux sont sèches : l’impureté ne se transfère pas

En se basant sur cette règle, l’Imam (a) explique les deux cas et ce que nous devons faire.

Il est également possible de comprendre ce hadith sous un autre angle. Si le chien était considéré comme impur, l’Imam (a) l’aurait explicitement mentionné. Ainsi, l’instruction de laver le chien pourrait simplement indiquer qu’il est physiquement sale. Dans ce contexte, laver ses vêtements permettrait de maintenir leur propreté.

Découvrez tous nos tapis de prière musulmans pour hommes et femmes

La Chasse par le chien

Au sujet de la Sourate 5 Al-Mâ’ida Verset 4, expliqué plus haut, l’Imam Sâdiq (a) confirme bien que le terme : « مکلبین » se réfère bien au chien.

عَنْ أَبِي عَبْدِ اللَّهِ ع أَنَّهُ قَالَ: فِي كِتَابِ عَلِيٍّ ع فِي قَوْلِ اللَّهِ عَزَّ وَ جَلَّ- وَ ما عَلَّمْتُمْ‏ مِنَ الْجَوارِحِ مُكَلِّبِينَ‏ قَالَ هِيَ الْكِلَاب‏

Dans le livre de Ali (a), (il a été expliqué que) ce verset se réfère aux chiens.

(Al-Kâfi, v 6 p 202)

Comme expliqué au début de cet article, le verset mentionné prouve clairement que ce que le chien chasse est considéré licite dans l’islam et l’homme musulman peut en manger en mentionnant le nom d’Allah.

Le récipient touché par le chien

D’après le hadith ci-dessous et de nombreux autres hadiths, lorsque le chien boit de l’eau dans un récipient, l’eau et le récipient deviennent impurs et il faut les laver. L’Imam as-Sâdiq (a) dit :

عَنْ أَبِي عَبْدِ اللَّهِ ع قَالَ: سَأَلْتُهُ عَنِ الْكَلْبِ يَشْرَبُ مِنَ الْإِنَاءِ قَالَ اغْسِلِ الْإِنَاء

On lui a posé une question au sujet d’un chien qui boit de l’eau dans un récipient. Il (a) répondit : Lave le récipient.

(Al-Istibsâr, v 1 p 19)

Les chiens font-ils fuir les anges ?

Un hadith connu est rapporté dans les sources chiites et sunnites au sujet des anges. D’après le hadith, les anges n’entrent pas dans une maison où il y a le chien. D’après ce hadith, le Prophète (s) a dit :

إِنَّ جَبْرَئِيلَ ع أَتَانِي فَقَالَ إِنَّا مَعْشَرَ الْمَلَائِكَةِ لَا نَدْخُلُ بَيْتاً فِيهِ كَلْبٌ‏

L’ange Gabriel m’a dit : Nous, les anges, n’entrons pas une maison où il y a le chien.

(Al-Kâfi, v 3 p 393)

Ce hadith a un sens apparent sur le chien et a causé une vision négative sur la question du chien d’après l’islam. Mais il peut avoir d’autres interprétations aussi.

Muhammad Al-Gazali, un grand savant musulman dit au sujet de ce hadith :

القلب بيت هو منزل الملائكة و مهبط أثرهم و محل استقرارهم، و الصفات الرديئة مثل الغضب و الشهوة و الحقد، و الحسد و الكبر و العجب، و أخواتها، كلاب نابحة، فأنّى تدخله الملائكة و هو مشحون بالكلاب، و نور العلم لا يقذفه اللَّه تعالى في القلب إلا بواسطة الملائكة؟
Le cœur est semblable à une demeure où résident les anges, constituant ainsi leur lieu de séjour et de manifestation. Les traits de caractère négatifs tels que la colère, le désir, la jalousie, l’orgueil et leurs semblables sont comparables à des chiens sauvages dans l’âme humaine. Comment les anges pourraient-ils entrer dans un cœur assiégé par ces ‘chiens’, ces défauts qui sont pour l’homme comme des bêtes sauvages ? La lumière de la connaissance n’est insufflée dans le cœur de l’homme que par l’intermédiaire des anges.

(Ihyâ’ al-‘Ulûm, v 1 p 82)

Cette interprétation offre une perspective profonde et symbolique des enseignements du Prophète Muhammad (s). Elle suggère que les paroles des figures spirituelles contiennent souvent des mystères et des significations cachées, allant au-delà de leur sens littéral ou apparent.

Selon cette vue, adoptée par des penseurs comme Al-Ghazali, s’attacher uniquement au sens littéral des textes sacrés est une approche superficielle. L’accent est mis sur la nécessité de comprendre les enseignements religieux à un niveau plus profond et métaphorique, en reconnaissant la présence de significations cachées et de leçons spirituelles profondes.

Institut : Cours de persan pour débutants et professionnels

La vente et l’achat des chiens

Dans la jurisprudence islamique selon la tradition des Ahlul Bayt (a), une règle générale stipule que la vente et l’achat de toute substance impure sont interdits, sauf si une nécessité ou un intérêt légitime pour l’homme le justifie.

Cette règle s’applique également au cas des chiens. Puisque le chien est considéré comme impur dans cette tradition, son achat et sa vente sont normalement proscrits, à moins qu’il n’existe une raison valable justifiant un intérêt légitime, comme l’acquisition d’un chien de garde ou d’un chien de chasse.

Plusieurs hadiths sont rapportés à ce sujet, comme le hadith ci-dessous :

سألت أبا عبد الله ( عليه السلام ) عن ثمن الكلب الذي لا يصيد فقال : سحت فأما الصيود فلا بأس

J’ai interrogé l’Imam Sâdiq (a) au sujet du revenu provenant de la vente d’un chien qui n’est pas utilisé pour la chasse. Il (a) a répondu : c’est illicite. En revanche, pour les chiens de chasse, cela est permis.

(Al-Kafi, v 5 p 127)

Ce hadith rapporte une réponse de l’Imam Sâdiq (a) concernant la légitimité de l’argent acquis par la vente de chiens. Selon lui (a), le revenu tiré de la vente d’un chien qui n’est pas destiné à la chasse est considéré comme illicite (suḥt), tandis que le revenu issu de la vente de chiens de chasse est permis. Cela reflète la règle générale en jurisprudence islamique selon la voie des Ahlul Bayt (a) qui interdit la vente d’éléments impurs sauf en cas de nécessité justifiée.

Article proposé : Menstruation en islam

Les Chiens noirs sont-ils des Djinns ?

De nombreux hadiths, tant dans les traditions chiites que sunnites, dépeignent le chien noir comme un Djinn. Voici deux exemples de ces hadiths tirés de sources chiites. Pour les hadiths sunnites relatifs à ce sujet, ils seront abordés dans la section suivante de cet article.

قال أمير المؤمنين عليه السلام : الكلب الأسود البهيم لا يؤكل صيده لان رسول الله صلى الله عليه وآله أمر بقتله
L’Imam Ali (a) a déclaré : « Le chien noir est une bête dont la proie ne doit pas être consommée, car le Prophète Muhammad (s) a ordonné de le tuer. »

(Al-Kâfi, v 6 p 206)

Dans un autre hadith, nous lisons :

عن زرارة ، عن أحدهما عليهما السلام قال : الكلاب السود البهيم منالجن
L’Imam Bâqir (a) a affirmé : « Les chiens noirs sont des animaux parmi les djinns. »

(Al-Kâfi, v 6 p 552)

Il est important de noter que le hadith rapporté de l’Imam Ali (a), selon lequel « Le chien noir est une bête dont la proie ne doit pas être consommée, car le Prophète Muhammad (s) a ordonné de le tuer, » n’est pas considéré comme authentique par les savants chiites. Ils ne le jugent pas fiable et ne s’appuient pas sur son contenu pour établir leurs fatwas. En effet, l’opinion dominante parmi ces savants est que la chasse effectuée par un chien noir est autorisée et licite.

Quant au second hadith, attribué à l’Imam Bâqir (a), qui déclare que les chiens noirs sont des créatures parmi les djinns, son interprétation est également sujette à caution. Ce type de hadith présente une certaine ambiguïté tant dans son sens que dans son contexte. Il n’est pas clairement établi dans quelles circonstances l’Imam a prononcé ces mots, ni ce qu’il entendait précisément par « djinn ».

L’assimilation du chien noir à un djinn pourrait simplement résulter d’une analogie, par exemple en raison de l’invisibilité du chien noir dans l’obscurité de la nuit, évoquant ainsi la nature insaisissable des djinns. Une autre interprétation possible concerne la représentation mystérieuse et potentiellement malveillante associée aux djinns.

Dans tous les cas, la fiabilité et l’authenticité de ces hadiths sont suffisamment discutables pour qu’on ne puisse fonder notre foi sur eux de manière certaine.

Il convient d’ajouter que, selon Faye al-Kâshâni dans son ouvrage « al-Wâfî » (vol. 20, p. 870), la comparaison entre les chiens noirs et les djinns est basée sur des similitudes de comportement et d’habitudes. Cette interprétation suggère que la ressemblance n’est pas littérale, mais plutôt une métaphore pour décrire certaines caractéristiques comportementales communes.

Article proposé : Le Chat en islam

Le chien dans les hadiths sunnites

Les sources sunnites rapportent plusieurs hadiths au sujet du chien dans l’islam tout comme les sources chiites. Vous lisez ci-dessous quelques uns de ces hadiths sur de différents sujets au travers lesquels, nous parvenons à obtenir des informations importantes d’après la voie des sunnites. Je catégorise ces hadiths d’après leurs thèmes et d’après ce que nous pouvons en déduire.

L’achat et la vente du chien

Plusieurs hadiths sunnites sont rapportés à ce propos qui conforment aux hadiths chiites, sur acheter ou vendre le chien. D’après les hadiths, l’argent acquis par un tel commerce est considéré dans l’islam comme illicite, mais il y a évidemment des exceptions que les hadiths ci-dessous expliquent :

أن رَسُولَ اللَّهِ ﷺ نَهَى عَنْ ثَمَنِ الْكَلْبِ

L’Envoyé d’Allah (s) a interdit l’argent (acquis) du chien.

(Sahih al-Bukhâri, Bâb Thaman al-Kalb, h 2122)

Ce hadith donne une règle général sur l’interdiction de l’acquisition de l’argent par un commerce qui se base sur le chien. Le même contenu est approuvé dans les hadiths chiites.

Dans le hadith ci-dessous, nous apprenons qu’il y a des exceptions :

قَالَ رَسُولُ اللَّهِ ﷺ: مَنْ أَمْسَكَ كَلْبًا، فَإِنَّهُ يَنْقُصُ كُلَّ يَوْمٍ مِنْ عَمَلِهِ قِيرَاطٌ، إِلَّا كَلْبَ حَرْثٍ أَوْ مَاشِيَةٍ

Le Prophète Muhammad (s) a déclaré : « Quiconque possède un chien verra ses bonnes actions diminuer chaque jour d’un qirat, à l’exception d’un chien utilisé pour la protection des terres agricoles ou du bétail. »

(Sahih al-Bukhâri, hadith 2197)

Ce hadith du Prophète Muhammad (s) souligne une pénalité spirituelle associée à la possession de chiens qui ne sont pas utilisés à des fins spécifiques, telles que la protection des terres agricoles ou du bétail. Selon ce hadith, garder un chien sans une telle utilité fonctionnelle entraîne une réduction quotidienne des bonnes actions du propriétaire, mesurée en qirats, une unité traditionnelle de mesure.

Toutefois, cette règle ne s’applique pas aux chiens dédiés à la protection des champs ou du bétail, reconnaissant ainsi leur utilité pratique et nécessaire dans certaines circonstances.

L’impureté du chien dans les hadiths sunnites

De nombreux hadiths, tant dans les traditions sunnites que chiites, attestent de l’impureté du chien. Le consensus sur ce contenu est observé à travers toutes les écoles de pensée islamiques.

إِنَّ رَسُولَ اللَّهِ ﷺ قَالَ: إِذَا شَرِبَ الْكَلْبُ فِي إِنَاءِ أَحَدِكُمْ فَلْيَغْسِلْهُ سَبْعًا

Le Prophète Muhammad (s) a dit : « Si un chien boit dans l’un de vos récipients, alors ce récipient doit être lavé sept fois. »

(Sahih al-Bukhâri, hadith 170)

Ce hadith du Prophète Muhammad (s) fournit une directive spécifique concernant la purification d’un récipient après qu’il a été utilisé par un chien pour boire. Selon ce hadith, si un chien boit dans un récipient appartenant à une personne, il est nécessaire de laver ce récipient sept fois pour le purifier. Ce hadith prouve clairement que le chien est considéré comme impur dans les sources sunnites tout comme les sources chiites.

Article proposé : Rapport sexuel en islam

Les chiens noirs sont-ils des Démons (Shaytân) ?

De nombreux hadiths issus de la tradition sunnite décrivent le chien noir comme étant un démon (Shaytân) et préconisent de les tuer lorsqu’ils sont rencontrés. Voici un exemple de ces hadiths, après quoi je fournirai une explication de son sens.

أما أني قد سألت رسول الله صلى الله عليه وسلم عن ذلك (الكلب الأسود) قال : إنه شيطان

J’ai posé une question au Prophète Muhammad (s) concernant le chien noir, et il a répondu : ‘C’est un Shaytân (démon).

(Al-Musannaf, as-San’ânî, v 2 p 27)

Avis des savants sunnites

Le hadith qui décrit les chiens noirs comme des démons a été interprété de différentes manières. Certains savants, comme Al-Qurtubî, suggèrent que les démons peuvent prendre l’apparence de chiens noirs, tandis que d’autres, comme Ibn ‘Abd Al-Barr, considèrent cela comme une comparaison, indiquant que les chiens noirs sont nuisibles comme les démons.

Ibn ‘Uthaymîn explique que le terme « démon » peut se référer à des êtres nuisibles, qu’ils soient des djinns, des humains, ou des animaux. En somme, le chien noir est souvent vu comme un « chien démon » plutôt qu’un « djinn démon », bien que les djinns puissent prendre cette forme, la couleur noire étant associée aux forces démoniaques.

L’avis des savants chiites sur le chien

La plupart des érudits chiites, y compris les Maraji’ les plus éminents, considèrent le chien comme impur. L’Ayatollah Khamenei, l’Ayatollah Sistani et les autres Maraji’ sont pour cette opinion.

Néanmoins, certains chercheurs et une minorité de savants soutiennent la pureté du chien. Ces derniers avancent que le terme ‘Najis’, utilisé à l’époque des Imams (a), ne signifiait pas nécessairement ‘impur’. Ils argumentent que les hadiths ne suffisent pas à eux seuls pour déclarer l’impureté du chien.

En outre, ils soulignent que le Coran ne mentionne pas explicitement l’impureté du chien, utilisant ce fait comme un argument supplémentaire pour appuyer leur position sur la pureté de cet animal.

Article proposé : Masturbation en islam

L’avis des savants sunnites sur le chien

Dans les écoles de pensée hanbalite et chaféite, le chien est considéré impur en soi. Cependant, l’école hanafite considère que le chien lui-même est pur, mais que sa salive (sueur) et ses autres sécrétions sont impures. L’école malikite, quant à elle, déclare que le chien et sa salive sont purs, en vertu du principe selon lequel la pureté est l’état naturel de toutes choses.

Ainsi, tout être vivant, y compris les chiens et les porcs, est pur, tout comme leur sueur, larmes, mucus, et salive. En revanche, les écoles chaféite et hanbalite considèrent le chien comme intrinsèquement impur.

Dans « Al-Mudawwana al-Kubra », tome 1 page 179, Malik ibn Anas, l’Imam des Malikites, aborde la question de l’eau dans un récipient où un chien a bu. Il déclare que si quelqu’un se purifie avec cette eau et prie, sa prière est valide.

Malik ne considérait pas le chien comme les autres animaux. Il mentionne également que si des oiseaux ou des animaux sauvages qui mangent des charognes boivent de l’eau d’un récipient, on ne devrait pas s’en servir pour la purification rituelle. Malik précise aussi que si un chien boit dans un récipient contenant du lait, il n’y a pas de mal à consommer ce lait.

À propos du lavage du récipient sept fois si un chien y boit, Malik reconnaît l’existence de ce hadith, mais exprime des doutes sur sa signification exacte. Il semble qu’il considérait le chien différemment des autres animaux sauvages, presque comme s’il faisait partie de la maison, et non comme un animal ordinaire.

La garde des chiens en islam

Prendre un rendez-vous

Parlez avec un Imam !

Psychologue musulman en ligne

Dans le contexte islamique, la question de la garde des chiens soulève de nombreuses discussions, en particulier en raison de la perception de l’impureté des chiens dans de nombreuses branches de l’islam, à l’exception notable de l’école malikite.

Malgré cette considération d’impureté dans le chiisme et dans les écoles sunnites (à l’exception des Malikites), il est important de souligner que la garde des chiens en elle-même n’est pas interdite.

Le principal enjeu soulevé par la présence des chiens, pour ceux qui les considèrent impurs, concerne la pureté rituelle, essentielle pour la prière. Pour les fidèles suivant le chiisme, l’école des Ahlul Bayt (a) ou les branches sunnites autres que les Malikites, il est recommandé de maintenir une zone de prière pure, où le chien n’a pas accès. De même, il est conseillé de porter des vêtements spécifiques et purs pour la prière.

Ces précautions visent à préserver la pureté rituelle indispensable pour les pratiques religieuses.

En outre, si vous touchez un chien et que votre main ou le chien est mouillé, il est préconisé de laver votre main. Cette pratique vise à éviter toute forme de contamination par l’impureté que pourrait représenter le chien selon ces interprétations.

Toutefois, il convient de noter que, même si la garde des chiens n’est pas formellement interdite, plusieurs hadiths déconseillent de les garder à l’intérieur de la maison. Cette recommandation est souvent justifiée par des préoccupations liées à la pureté et à l’hygiène, ainsi qu’à la tradition prophétique.

En résumé, bien que la garde des chiens ne soit pas interdite en Islam, elle s’accompagne de directives spécifiques pour maintenir la pureté rituelle, en particulier dans le contexte de la prière. Ces directives varient selon les différentes écoles de pensée islamiques et reflètent une approche équilibrée entre le respect des pratiques religieuses et la cohabitation avec des animaux.

Est-ce que c’est Haram d’avoir un chien à la maison ?

Il n’est pas considéré comme Haram (interdit) en Islam d’avoir un chien à la maison. Toutefois, il est généralement déconseillé. Il est important pour les musulmans de veiller à la pureté de leur corps, de leurs vêtements et du lieu où ils effectuent leurs prières.

Ainsi, même si avoir un chien à la maison n’est pas strictement interdit, il convient de prendre des précautions supplémentaires pour maintenir la pureté requise pour les pratiques religieuses.

Article proposé : Vierge Marie dans l’islam

Pourquoi les chiens ne sont pas les bienvenus dans l’islam ?

L’islam, en réalité, accueille tous les animaux, et le respect envers eux est un principe fondamental de cette religion. Faire du mal aux animaux est considéré comme un péché majeur, et négliger ses responsabilités envers eux est également pécheur. L’islam enseigne qu’il faut être doux et gentil avec les animaux, y compris les chiens.

Les chiens ont une place particulière dans l’islam ; ils sont même mentionnés dans le Coran, comme dans l’histoire des Ashab al-Kahf (les Gens de la Caverne), où le chien est présenté comme un compagnon fidèle. En outre, les enseignements des Ahlul Bayt (a) mettent en lumière les qualités admirables du chien. Par exemple, l’Imam as-Sâdiq (a) a souligné l’affection et la loyauté extraordinaires du chien envers son propriétaire. Il décrit comment un chien est prêt à se sacrifier pour son maître et à protéger ses biens, montrant une résilience remarquable face à des épreuves telles que la faim.

L’islam considère les chiens comme impurs, leur présence à la maison est souvent déconseillée, principalement en raison de préoccupations liées à la pureté rituelle nécessaire pour la prière. La présence d’un chien dans la maison pourrait nécessiter des mesures supplémentaires pour maintenir la pureté, notamment dans les espaces de prière.

En résumé, bien que les chiens ne soient pas traditionnellement les bienvenus dans les maisons musulmanes, ils sont respectés et valorisés dans l’islam pour leurs qualités et leur rôle de protecteurs. L’accent est mis sur le traitement bienveillant de tous les animaux, y compris les chiens, reflétant l’esprit de compassion et de responsabilité qui caractérise les enseignements islamiques.

Le chien est-il impur en islam ?

Dans l’islam, le chien est considéré comme impur selon le chiisme et la majorité des écoles sunnites, à l’exception notable de l’école malikite, qui le considère comme pur.

Posséder un chien est-il autorisé en islam ?

Oui, il est autorisé et ceci n’est pas considéré comme péché dans l’islam. Nous pouvons posséder un chien, le garder et le nourrir et d’après l’islam, il faut être gentil avec les animaux.

Toucher un chien dans l’islam

Dans l’islam, toucher un chien n’est ni interdit ni considéré comme Haram. Au contraire, la gentillesse envers les animaux est l’une des qualités nobles promues par l’islam. Cependant, en raison de l’impureté associée aux chiens, si notre main est mouillée ou si le chien est mouillé et que nous le touchons, notre main devient impure.

Que dit l’islam sur la salive du chien

Étant donné que, dans le chiisme et la majorité des branches sunnites, à l’exception des Malikites, le chien est perçu comme impur, sa salive est également considérée comme impure. Par contre, selon les Malikites, la salive du chien est vue comme pure.

Article proposé : Fatima Zahra (s)

Garder un chien dans le jardin

Selon l’islam, il n’y a aucun problème à garder un chien dans le jardin.

Le chien et les ablutions

Toucher un chien, ou avoir de la salive de chien sur son corps, ne rend pas les ablutions (wudu) ou le ghusl (bain rituel) invalides. Cependant, si vous prévoyez de réaliser un acte d’adoration nécessitant la pureté rituelle et que la salive du chien entre en contact avec votre corps, ou si vos vêtements mouillés touchent le chien, il est nécessaire de laver les parties concernées avant de procéder à l’acte d’adoration.

Ma vidéo sur le Chien en islam

 

N’hésitez pas à partager vos pensées et questions en commentaires ci-dessous. Votre participation est précieuse et enrichit notre discussion. Si vous avez des interrogations ou souhaitez approfondir certains points de cet article, je vous encourage vivement à les exprimer dans l’espace commentaires.

Votre engagement contribue grandement à notre compréhension collective. Partagez votre avis, posez vos questions, et participons ensemble à cette conversation enrichissante !

Sur Youtube

Visionnez les vidéos YouTube de Sayed Ali Mousavi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *